En passant

Communiqué de la CPAM ARTOIS : Le DMP, Dossier Médical Partagé.

Assurance Maladie Artois

Le Dossier Médical Partagé

 

Avec le Dossier Médical Partagé, facilitez votre suivi médical !

Que vous ayez une bonne mémoire ou pas, il n’est pas toujours simple de se souvenir précisément de toutes ses informations de santé. Voilà pourquoi, l’Assurance Maladie vous invite à créer votre Dossier Médical Partagé.

Vaccins, allergies, examens ou médicaments que l’on vous a prescrits, le Dossier Médical Partagé gardera absolument tout en mémoire pour vous. Vous pourrez partager ces informations avec votre médecin traitant et tous les professionnels de santé, qui pourront ainsi mieux vous soigner.

En pratique, les professionnels de santé sont chargés d’alimenter votre dossier. De votre côté, vous pouvez consulter vos données à chaque moment, le compléter et choisir qui peut y avoir accès.

Comment créer un DMP ?

  • Directement depuis le site https://www.dmp.fr avec votre numéro de sécurité sociale présent sur votre carte Vitale
  • A l’accueil de votre caisse primaire d’assurance maladie
    La création d’un DMP ne peut avoir lieu qu’avec votre consentement (ou celui de votre représentant légal)
  • Lors d’une consultation auprès d’un professionnel de santé ou dans un établissement de soins
  • En pharmacie

Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://www.dmp.fr

Affiche_DMP

 

Publicités

MOVEMBER dans le Bruaysis : une première campagne pour sensibiliser autour de la prévention des cancers masculins.

   C’est une première dans le Bruaysis : la MIPPS, en partenariat avec Prevart, relaie la campagne internationale MOVEMBER pour sensibiliser l’opinion publique à la prévention des cancers masculins.

SIVOM flyer Movember_2

Note à l’ensemble de la population

   Mesdames, Messieurs,

   Par la présente, il vous est rappelé que toute personne souhaitant entreprendre des travaux pour lesquels un empiètement sur le domaine public est prévu est tenue de se rendre en Mairie afin de le déclarer ; ceci afin de nous permettre de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de la population et des automobilistes.

   Il suffit donc de vous rendre en Mairie. Un arrêté municipal sera établi en fonction des différents cas et des dispositifs de sécurité vous seront gratuitement mis à disposition afin de signaler votre chantier en toute sécurité (cônes, barrières, panneaux de signalisation…).

   Il en va de même pour les livraisons pour lesquelles un déchargement supérieur à quinze minutes est nécessaire.

   Je tenais à vous rappeler ces consignes, tant pour votre sécurité que pour celle des autres.

   Mes services se tiennent bien entendu à votre disposition pour toute information complémentaire à ce sujet.

   Vous souhaitant bonne réception, je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, en l’expression de mes dévouées salutations

                                                                                    Le Maire,

                                                                                    Jacques FLAHAUT

Procès-verbal de la question 2, Avenir Sportif de Cauchy-à-la-Tour du conseil municipal du 28/06/2018

Procès-verbal de la question 2 :

Avenir Sportif de Cauchy-à-la-Tour

du conseil municipal du 28/06/2018

Mr le Maire : Je voulais faire un point sur cette association. Vous le savez tous, ça fait un an où il y a eu beaucoup d’encre qui a coulé dans les journaux. J’ai reçu des membres de l’opposition,  Monsieur Jean-Marc Maniez, Madame Saussier, je leur ai transmis l’ensemble des pièces correspondant à cette association. Par rapport à certaines déclarations qui ont été faites dans les journaux, donc je voudrais m’adresser à Mr Maniez dans un premier temps, pour lui demander puisqu’il déclare dans la voix du nord du 25/05/2018 que « l’association avait une mauvaise gestion financière», donc si vous pouvez m’éclairer par rapport à ce qu’il a eu comme documents.

Mr Maniez : J’ai pas tout entendu.

Mr le Maire : Pardon ?

Mr Maniez : J’ai pas tout entendu.

Mr le Maire : Je dis que vous avez déclaré dans la voix du nord du 25/08/2018 que l’association avait une mauvaise gestion financière. Donc, la question que je vous pose, c’est de savoir comment vous analysez cette gestion financière, puisque vous avez eu les éléments entre vos mains.

Mr Maniez : Oui j’ai eu les éléments, d’ailleurs c’est ce qui m’a permis ……. il y a effectivement quelques erreurs, vous comprenez par exemple il manque un chapitre qui est très important, que vous connaissez, les casse-croûte que l’on offre aux visiteurs et les boissons, ………… quand on sait la manne sur une saison que combien cela représente, je me dis qu’en fait et d’ailleurs dans vos propos, j’ai bien retenu également puisque vous faites des déclarations dans la voix du nord, je ne vois pas pourquoi j’en ferai pas. Mais qu’en fait, il n’y a pas de détournement de fond, il n’y a pas d’enrichissement personnel. Je fais moi une conclusion, qu’effectivement et je vous l’avais dit, ce sont des bénévoles et qu’effectivement ce ne sont pas des experts comptables, que votre rôle est d’ailleurs c’est le rôle dédié au maire et je dirais à son conseil de vérifier les comptes de toutes les associations sur des fonds publics est une chose. Maintenant, je l’ai dit, c’est un gâchis humain. Voilà, c’était toute ma réflexion, un gâchis humain. Ça pouvait peut être s’arranger autrement.

Mr le Maire : Vous déclarez justement que l’expertise a écarté l’enrichissement personnel et l’expert n’a rien pointé d’anormal. Puisque vous avez lu le rapport d’expertise.

Mr Maniez : Non, non, non, c’est bien un rapport demandé par vous, souvent quand on est prestataire, on veut voir ce qu’on veut voir, vous vouliez certainement trucider  l’Avenir sportif de Cauchy à la tour, donc de cette expertise comptable, d’ailleurs que j’ai pu prendre que connaissance dans votre bureau puisqu’en fait …………………………………………………

J’ai juste lu les premiers ensembles du document, donc, parce que là-dessus, j’aurais pu m’appuyer pour essayer de voir ce qu’il en était,  parce que quand on demande une prestation, vous pensez bien, si moi je demande une prestation, c’est pour voir ce que moi je veux voir.

Mr le Maire : Vous déclarez quand même que l’expert n’a pas pointé d’enrichissement personnel, donc la question que je vous pose, c’est où vous avez lu ?

Mr Maniez : Non, il n’y a pas d’enrichissement personnel.

Mr le Maire : Où vous l’avez lu dans le compte-rendu ?

Mr Maniez : Dans vos déclarations dans la voix du Nord.

Mr le Maire : Non, vous ce n’est pas ça, vous, vous déclarez « l’expert a écarté l’enrichissement personnel ».

Mr Maniez : « écarté l’enrichissement personnel » ? Ça c’est les propos du journaliste, ce n’est pas les miennes.

Mr le Maire : D’accord.

Mr Maniez : Vous savez, quand vous faites une déclaration à la presse, vous, vous l’avez fait la déclaration en disant, il n’y a pas, je donne des éléments au procureur de la république mais je sais qu’il n’y a pas d’enrichissement personnel, vous avez fait votre analyse, moi je fais mon analyse, vous allez pas me critiquer en me disant je fais une analyse vous avez pas le droit.

Mr le Maire : Je vous pose une question.

Mr Maniez : Vous me posez une question ? Voilà ma réponse ………………………………..

Mr le Maire : Vous me parlez justement d’un chapitre où il manque effectivement des déclarations de casse-croûtes, si vous voulez, on va rentrer dans le vif du sujet. Dans ce bilan financier, l’association déclare une buvette avec une recette de 110 euros. Qu’est ce que vous en pensez, qu’est ce que vous pouvez dire ?

Mr Maniez : Ben, j’en pense que, je dirais après avoir été un petit peu éclairé, y’a des manquements, j’y suis tout à fait favorable, mais si vous pouvez me donner tous les noms de ceux qui ont bénéficié des fûts de bière en payant en liquide, ça serait déjà nettement mieux.

Mr le Maire : Je vais vous les donner après Monsieur Maniez.

Mr Maniez : Alors, je trouve qu’effectivement sur tout ce dossier, je n’ai pas été foncièrement éclairé.

Mr le Maire : Donc, donnez moi votre avis sur justement cette recette buvette de 110 euros ?

Mr Maniez : Ah,  mais mon avis est clair.

Mr le Maire : C’est à dire ?

Mr Maniez : Problématique.

Mr le Maire : Problématique, on est bien d’accord.

Mr Maniez : Y’a une problématique mais j’en fais pas tout un pataquès. Vous prenez vos responsabilités en tant que maire, pensez bien que je suis dans l’opposition, j’ai certainement une autre vision. Je pense que la municipalité, je le dis et je le répète, quand je parle de gâchis humain, y a quand même des gens qui s’investissent dans une association, qui font ce qu’ils peuvent, qui laissent des heures, qui n’ont pas d’indemnités et voilà le résultat. Je crois que avant d’en arriver là, même si il avait déjà eu des soucis l’année d’avant, c’était déjà peut-être d’avoir un éclairage et de dire, bin nan, je vous mets en demeure pour l’année prochaine, je ne pense pas que ça a été fait, voilà.

Mr le Maire : Sur le bilan, on y retrouve aussi deux subventions, subvention 2016/2017 à 8350 euros et une subvention 2017/2018 à 7600 euros. Pour vous, vous croyez que c’est normal ?

Mr Maniez : Les subventions ?

Mr le Maire : Les deux subventions, je parle des subventions, subvention 2016/2017 et subvention 2017/2018 sur le même bilan financier, sur le bilan financier 2016/2017.

Mr Maniez : Je vous l’ai dit, vous retrouvez des chiffres, ce ne sont pas des experts comptables, ils ont fait ce qu’ils ont pu. Je pense que là aussi, je crois que vous avez des services compétents pour aider justement ces bénévoles, je dirais à aller vers l’amélioration de la présentation d’un budget. On laisse les bénévoles dans la mouise et après on les fout dans la merde. Moi je ne sais pas, j’ai une autre vision, si la première année, je m’aperçois que le bilan n’est pas bien présenté, on les aide et on dit, je vous mets en garde pour la saison prochaine…

Tandis que là ………………………………………………………….

Mr le Maire : Qu’est-ce que vous pensez Monsieur Maniez ?

Mr Maniez : Oh, et, écoutez…

Mr le Maire : Ben si, je vais vous poser des questions.

Mr Maniez : Qu’est-ce que je pense, qu’est-ce que je pense…

Mr le Maire : Pour une fois que je vous donne autant la parole, vous n’allez pas vous en plaindre, vous qui aimez bien parler !

Mr Maniez : Vous aussi.

Mr le Maire : Oui c’est quand même très intéressant, ben justement, c’est très intéressant. Vous avez pu vous apercevoir que l’association a retiré avec une carte bancaire plus de 3000 euros pour l’achat de fûts de bière, vous l’avez vu ? Vous avez bien vu aussi qu’ils ont gardé plus de 3000 euros pour justement toujours acheter des fûts de bière ? Ce qui fait une somme de 6660 euros de mémoire.

Mr Maniez : Y a des rentrées de fûts de bière.

Mr le Maire : Pardon ? C’est à dire ?

Mr Maniez : Y a des rentrées de fûts de bière dans le budget.

Mr le Maire : Allez-y, expliquez-moi.

Mr Maniez : Attendez, je n’ai pas fait d’expertise comptable de toute la trésorerie mais je me suis aperçu qu’effectivement qu’il y a des lignes qui correspondent pas car moi je dis que ce sont des bénévoles et qu’effectivement comme ce sont des bénévoles, ben, je vous l’ai tout à l’heure dit, on les aide.

Mr le Maire : On les aide ?

Mr Maniez : Vous connaissez le dossier mieux que moi, puisqu’en fait, vous avez occupé le poste de secrétaire pendant des années où vous siégiez au bureau, moi j’y étais plus, vous m’excuserez, sinon peut être que …………licencié à l’avenir sportif Cauchois, malheureusement, et vous savez pertinemment que je passais peu de temps aux abords du stade et je ne passais pas par la buvette, comme ça on ne pourra pas me dire que je profitais des fûts de bière

Mr le Maire : Justement, donc par rapport à l’achat de ces fûts de bière, puisqu’on en est à 6600 euros, une recette de 110 euros, comment pouvez-vous l’expliquer ?

Mr Maniez : Ben, je ne tiens pas la buvette moi…

Mr le Maire : Non mais justement, donc selon vous, c’est toujours une mauvaise gestion financière ?

Mr Maniez : Y a des erreurs, je dirais, j’ai pris acte.

Mr le Maire : Madame Baussart, pouvez-vous mettre s’il vous plaît le compte de résultat de la page 4. Alors voilà sur la saison, on retrouve, vous voyez au chapitre 707, buvette 110 euros. Comme Monsieur le Président du club est présent, je vais lui poser la question de savoir pourquoi il a déclaré une recette de 110 euros. Monsieur Dubuisson ?

Mr Dubuisson : C’est la recette du dernier mois de la buvette, c’est pas, votre calcul est un petit peu litigieux.

Mr le Maire : Je ne peux pas être litigieux puisque c’est un compte de résultat sur l’exercice 2016/2017, ce n’est pas marqué compte de résultat sur l’exercice sur le dernier mois de la saison 2016/2017.

Mr Dubuisson : C’est peut-être une erreur.

Mr le Maire : C’est peut-être une erreur ???

Mr Dubuisson : Ouais, on peut aussi faire le calcul sur les fûts de bière, on peut le faire tout de suite.

Mr le Maire : On va le faire si vous voulez le calcul.

Mr Dubuisson : Vous annoncez 26000 euros de rentrée d’argent en comptant des boissons à 2,50 et en divisant la somme que vous trouvez de 6600 euros en divisant par 60 et en multipliant tout ça par autant de demies servies. Je pense que vous n’êtes pas culotté quand même.

Mr Maire : On va laisser les 2,50 euros comme vous dites. Donc vous vendiez votre bière combien ?

Mr Dubuisson : Non, non, non, non !!!

Mr le Maire : Ben si, si, si. Attendez on va tout de suite éclairer l’affaire. Votre bière vous la vendiez combien ?

Mr Dubuisson : A peine à 2 euros.

Mr le Maire : Pardon ?

Mr Dubuisson : A peine à 2 euros.

Mr le Maire : A peine à 2 euros ? ça veut dire ? Vous devez le savoir. C’est soit 2 euros ou soit c’est …

Mr Dubuisson : 2 euros.

Mr le Maire : D’accord. Vous avez acheté combien de fûts de bière ?

Mr Dubuisson : Vous multipliez, ben comme vous l’avez fait, les 6600 euros, vous les divisez par 60, vous allez avoir un calcul, vous multipliez ……..

Mr le Maire : Et donc, en fait, ça fait 110 euros …

Mr Dubuisson «rire»

Mr le Maire : C’est une question que je vous pose. Maintenant puisque nous sommes dans les fûts de bière, pouvez-vous dire à l’assemblée et au public présent à qui vous avez achetés ces fûts de bière, puisque ce sont des fûts achetés sans facture.

Mr Dubuisson : Ça, ça ne vous regarde pas !

Mr le Maire : Ah ça ne me regarde pas !

Mr Dubuisson : Du tout !

Mr le Maire ; Ah ça ne me regarde pas !

Mr Dubuisson : Du tout !

Mr le Maire : Je suis quand même en droit de m’intéresser où est-ce que vous avez acheté les fûts de bière.

Mr Dubuisson : Fallait s’intéresser avant pas maintenant.

Mr le Maire : Pardon ?

Mr Dubuisson : Fallait s’intéresser maintenant, euh, avant pas maintenant.

Mr le Maire : Cette question vous a été posée puisque je vous ai rencontré avec mes adjoints.

Mr Dubuisson : Vous savez très bien de qui ça vient.

Mr le Maire : Et bien, justement, dites-le !

Mr Dubuisson : Je n’ai pas à le dire ici !

Mr le Maire : Ah bon ! Ah bon ! Donc pour vous, c’est normal d’acheter des fûts de bière sans facture ?

Mr Dubuisson : Ouais !

Mr le Maire : D’accord, et c’est normal sur les 110 fûts de bière ?

Mr Dubuisson : Comme vous, vous les avez achetés.

Mr le Maire : Mais déclarez à qui vous avez achetés ces fûts de bière.

Mr Dubuisson : Comme vous, vous les avez achetés.

Mr le Maire : Ok, attendez, justement ça tombe bien, on venir directement à ce sujet. Laurie, vous avez la pièce concernant à la vente des fûts ? Justement ça tombe bien. Donc liste des personnes ayant bénéficié d’une location de pompe à bière avec vente de fûts. Donc, effectivement, on retrouve des gens qui ont acheté des fûts de bière pour diverses manifestations. Ce sont des licenciés, parce que je rappelle qu’à l’époque, j’étais licencié. Mr Brunet Jérome avait acheté 3 fûts, Mr Mme Walkowiak 2 fûts, Mr Mme Flahaut 2 fûts, les vétérans 1 fût, Mr Mme Mathorel 3 fûts, Mr Desmarest 3 fûts et Mr Drollet 1 fût. Les fûts, vous les vendiez combien Monsieur Dubuisson ?

Mr Dubuisson : Au prix coûtant, 60.

Mr le Maire : Donc ça fait 15 fûts par 60, on est tous d’accord ?

Mr Dubuisson : Vous oubliez là-dedans ce que la trésorière a oublié de mettre, c’est que  y’en avait aussi pour les fléchettes.

Mr le Maire : Ok. On va s’arrêter sur les 15 fûts.

Mr Dubuisson : Nan, nan.

Mr le Maire : Si, si, on va appeler un chat, un chat. Sur le bilan, dites-moi où apparaît sur le compte d’exercice saison 2016/2017 les 900 euros de fûts ?

Mr Dubuisson : Ils ont été rentrés dans la buvette tout simplement.

Mr le Maire : A la buvette ? Non il y a que 110 euros !

Mr Dubuisson : Ce sont vos calculs à vous.

Mr le Maire : Monsieur Dubuisson, ce n’est pas les calculs à moi ? Ben non, ce n’est pas les calculs à moi. Laurie pouvez-vous remettre les bilans ?

Mr Dubuisson : Ce qui serait bien, c’est que l’on retrouve notre cahier !

Mr le Maire : Nous aussi.

Mr Dubuisson : Ouais, y a pris des ailes !

Mr le Maire : Ce n’est quand même pas moi qui ait donné ce rapport ? C’est quand même vous qui me l’avez donné ce rapport. Dites-moi où apparaissent, puisque nous avons une recette buvette de 110 euros, dites-moi où apparaissent les ventes des fûts aux divers licenciés ? C’est à dire les 900 euros ?

Mr Dubuisson : Ils sont rentrés à la buvette.

Mr le Maire : A la buvette ? Vous voyez tous comme moi, on est à110 euros. Donc ça explique bien tout. Ben oui, si vous n’avez pas d’éléments à me fournir Monsieur Dubuisson

Mr Dubuisson : Fallait me le dire avant,  je serai venu avec des éléments Monsieur le maire

Mr le Maire : Les éléments, ce n’est pas maintenant qu’il fallait me le donner, mais il y a un an, quand on vous les a demandés avec votre bilan.

Mr Dubuisson : Vous nous avez attribué notre subvention et là après, qu’on a fait des faux sur notre année précédente et vous nous aviez accepté notre subvention, donc vous avez du mal à regarder ce que vous demandez comme documents, vous et l’ensemble de votre bureau

Mr le Maire : Laurie, pouvez-vous vous mettre s’il vous plaît à la page 5. Ya des gens qui vont quand même se rendre compte que quand on fait un bilan sur un exercice d’une saison, on ne peut pas inclure deux subventions. Subvention saison 2016/2017 très bien, là, il n’y a pas de souci, 8350 euros mais vous venez rajouter la subvention saison 2017/2018 sur un bilan financier 2016/2017 ?

Mr Dubuisson : Est-ce que vous l’avez demandé aux autres associations ?

Mr le Maire : Je vous pose la question.

Mr Dubuisson : Non, non, mais le bilan comptable, est ce que vous l’avez demandé aux autres associations ?

Mr le Maire : Faut pas botter en touche. Je vous pose la question.

Mr Dubuisson : D’accord.

Mr le Maire : Je vous pose la question.

Mr Dubuisson : Aucun bilan comptable n’a été demandé aux autres associations.

Mr le Maire : D’accord, vous avez fait un livret publicitaire ? Vous avez fait un tournoi au mois de mai ?

Mr Dubuisson : Cette année ?

Mr le Maire : L’année dernière.

Mr Dubuisson : Ouais.

Mr le Maire : Vous avez fait un livret publicitaire, puisque je vois que vous avez dépensé 190 euros pour le livret publicitaire.

Mr Dubuisson : Et alors ?

Mr le Maire : Et alors !  Pouvez-vous me dire où sont passées les recettes des ventes des publicités ?

Mr Dubuisson : Dans ma poche !

Mr le Maire : Pardon ?

Mr Dubuisson : Dans ma poche !

Mr le Maire : Ok merci de me le dire, ça confirme exactement ce que je pensais.

Mr Dubuisson : Ouais, ouais.

Mr le Maire : Au niveau du personnel bénévole, vous déclarez dans le bilan 3990 euros. Vous pouvez me dire à quoi cela correspond ?

Mr Dubuisson : Je pense que ça doit être euh. Dans le bilan, les déplacements, l’argent qu’on donne en fin de saison aux éducateurs bénévoles, euh….

Mr le Maire : Non les déplacements, je les ai sur une autre ligne.

Mr Dubuisson : Donc, ça doit être l’argent qui a servi pour payer l’entraîneur, pour machin, comme dans tous les clubs où l’ASC, comme Monsieur Rollin aussi, les entraîneurs étaient payés, non ?

Mr le Maire : Justement par rapport aux entraîneurs.

Mr Dubuisson : Non, non, je parle des entraîneurs, quand vous étiez dans le bureau, les entraîneurs étaient quand même payés et même en liquide, non ? On se rappelle de ce que l’on veut…

Mr le Maire : Vous dites les entraîneurs, ok très bien, je veux bien l’entendre, sauf que l’entraîneur à chaque fois que vous faisiez une manifestation, vous le payez avec une partie de cet argent des bénéfices de ces manifestations. Ça veut dire que l’entraîneur aurait touché les 3990 euros plus tout l’argent que vous lui donniez ?

Mr Dubuisson : Ça toujours était clair au niveau du bureau, l’entraîneur a toujours touché 300 euros par mois !

Mr le Maire : La page 8 s’il vous plaît Laurie. Là je suis en train d’afficher tout ce que vous m’avez donné, je ne peux pas inventer !

Mr Dubuisson : Ouais, ouais…

Mr le Maire : Moi, je n’invente rien. Donc effectivement, ici on retrouve par exemple sur cette manifestation, c’était un repas moules/frites, on voit que l’argent, l’espèce que vous récoltez, vous en donnez 900 à Laurent, très bien.

Mr Dubuisson : C’est par ce que ça faisait trois mois qu’il n’avait pas été payé !

Mr le Maire : Ce n’est pas ça que je veux dire, c’est  que vous déclarez, 3990 euros dans votre bilan et en plus de ça, il y a par exemple 900 euros, ce n’est pas la seule, puisque y’en a d’autres comme ça, donc c’était à qui donc finalement tout cet argent ? Les 3990 euros plus toutes les sommes. On peut les mettre, y’en a d’autres. La page 1, repas arbre de Noël par exemple. Là, on retrouve voilà par exemple 600 euros donné à Laurent. Ça fait quand même de sacrées sommes ! Comment pouvez-vous l’expliquer ?

Mr Dubuisson : Fallait me le dire avant, je serais venu avec des documents

Mr le Maire : Non les documents je les ai, c’est vous qui me les avez donnés à l’époque quand je vous ai réclamé l’ensemble du bilan. On ne pas, on ne s’adapte pas. Un bilan, c’est un bilan. Ça veut dire que vous avez fait un faux Monsieur Dubuisson ?

Mr Dubuisson : Ouais ouais…

Mr le Maire : Ben oui, vous appelez cela comment ?

Mr Dubuisson : Faut aller au tribunal !

Mr le Maire : Justement, en parlant de tribunal, je suis quand même étonné  par rapport aux deux notes d’informations que j’ai passées dans les boites aux lettres des Cauchois. Suis quand même étonné, si vous n’avez rien à vous reprochez, pourquoi vous n’avez pas été déposer plainte contre moi ?

Mr Dubuisson : Déposer plainte contre vous ?

Mr le Maire : Ben oui.

Mr Dubuisson : Ben non, puisque vous ne vous mettez jamais en tête !

Mr le Maire : Pardon ?

Mr Dubuisson : Vous ne vous mettez jamais en tête !

Mr le Maire : Regardez  les notes d’informations, c’est bien le maire qui les as signées

Mr Dubuisson : Ouais Ouais ……………………………………………………………………………….

Mr le Maire : ……………………………………………………………………………………

Mr Dubuisson : Vous inquiétez pas, vous inquiétez pas

Mr le Maire : Pourquoi vous n’avez pas déposé plainte pour diffamations mensongères ? C’est une question que je vous pose.

Mr Dubuisson : Ne vous inquiétez pas. Vous avez fait en sorte de ne pas poser votre nom dessus. Vous avez mis tout le groupe, comme çà on est tranquille, la mairie de Cauchy…

Mr le Maire : Non c’est le maire, le maire est responsable de ses écrits.

Mr Dubuisson : Nan, nan, vous saviez très bien !…………………………………………………………………

Mr le Maire : N’est-ce pas Monsieur Maniez ? Monsieur Maniez le confirme. Le Maire est responsable du moment qu’il signe et qu’il met la Marianne, il est responsable

Mr Dubuisson : …………………………………………………………………………………………

Mr le Maire : Ça va venir ? Je l’attends avec impatience

Mr Dubuisson : Mais ça c’est de ma poche, ce n’est pas les contribuables qui payent !

Mr le Maire : Pardon ?

Mr Dubuisson : Je dis au niveau des avocats, c’est moi qui paye, ce n’est pas les contribuables Cauchois !

Mr le Maire : Ben oui et alors ? C’est l’intérêt, je parle au nom des Cauchois. Quand on déclare 110 euros de buvette Monsieur Dubuisson, le conseil municipal et surtout les Cauchois sont quand même en droit de savoir où sont passés les 20 000 euros, par ce que là, l’expert-comptable pour votre information…

Mr Dubuisson : Selon le dernier article, on est arrivé à 30 000, il va falloir ……………………………………. par ce que si dans deux ans vous n’êtes plus élu ……….

Mr le Maire : Ben oui.

Mr Dubuisson : On ne sait jamais !

Mr le Maire : Oui il paraît que dans deux ans, vous allez récupérer le terrain de football, c’est ce que j’ai lu. Ya au moins un élu d’opposition qui s’est manifesté par rapport à ça. Monsieur Maniez vous me regardez ?

Mr Maniez : Je ne sais pas de quel élu vous parlez.

Mr le Maire : Vous me regardez, donc je vous pose la question.

Mr Maniez : Je regarde tout le monde depuis tout à l’heure, c’est ce qui s’appelle balayer en matière de communication.

Mr le Maire : Très bien, enfin !!! Je pense qu’on va arrêter là, de toute façon, on a très bien compris car je vous rappelle que l’expertise a été faite que sur la vente des fûts de bière, parce que tous les documents que vous avez fournis et cela apparaît bien dans le compte rendu de l’expert, tous les documents que vous avez fournis, ça veut dire, tout ce que vous avez acheté autre que les fûts de bière, ils sont inexploitables, inexploitables, ça veut dire tous les cocas, les canettes, justement on en avait discuté avec Monsieur Maniez, car quand nous avons abordé quelques marques de canettes, il m’a même renchéri en me disant, il y avait encore celle-là, celle-là, celle-là, ah oui c’est vrai je l’avais oublié. Au final, effectivement on était à 20 000 euros qu’avec la vente des fûts de bière et je ne compte pas le reste et que quand je vois au final de tout ce qui a pu être vendu, je me dis qu’effectivement, on est bien entre 20 000 et 30 000 euros.

Mr Dubuisson : Quand on fait le calcul des fûts de bière, on n’est pas à 20 000.

Mr le Maire : Nous sommes à combien alors ?

Mr Dubuisson : Si vous comptez tout ce qui était vendu entre deux qui ne rentre pas….plus après tous ce qui est donné à longueur d’année et ça vous le savez très bien au niveau des deux équipes, si on remonte à deux ans, les deux équipes seniors, l’équipe vétérans, l’équipe 18 ans, plus toutes les équipes jeunes derrière…

Mr le Maire : Donc vous estimez à combien de vente des fûts de bière alors ?

Mr Dubuisson : On devait tourner à peu près à 4000 euros.

Mr le Maire : 4000 euros ?

Mr Dubuisson : Ouais.

Mr le Maire : Par rapport à la recette buvette à 110 euros !!!

Mr Dubuisson : C’est une erreur qui a été marquée, mais qui ne fait pas d’erreur ? Vous n’en faites jamais ?

Mr le Maire : C’est grave ce que vous déclarez, c’est grave.

Mr Dubuisson : Ouais ouais.

Mr le Maire : C’est grave parce que le bilan financier, c’est vous qui me l’avez donné, je n’invente rien, ça c’est quand même bien vos relevés de compte, ça se sont tous vos documents que vous avez fournis suite aux manifestations que vous avez faites, moi j’invente rien et vous déclarez que c’est une erreur ?

Mr Dubuisson : Ouais ouais.

Mr le Maire : Moi je suis désolé Monsieur Dubuisson, pour moi c’est de l’argent qui est parti dans une poche.

Mr Dubuisson : D’accord.

Mr le Maire : On va arrêter là, de toute façon, on a très bien compris où l’argent était passé !

Mr Dubuisson : Ouais ouais.

Mr le Maire : Vous ne voulez pas nous dire où l’argent est passé. Vous ne voulez pas nous dire à qui vous avez acheté ces fûts de bière et bien restez sur vos positions !

Mr Dubuisson : Je ne comprends pas une chose, c’est que vous venez de dire pourquoi je n’ai pas déposé plainte. Mais pourquoi vous n’avez pas été déposer plainte Monsieur le Maire ? J’attends encore d’après vos propos, j’attends encore un contrôle de la douane, j’attends encore un contrôle de l’URSAFF…

Mr le Maire : Vous allez l’avoir.

Mr Dubuisson : Ya pas de souci.

Mr le Maire : Vous allez l’avoir. Vous savez, ils sont très patients.

Mr Dubuisson : N’attendez pas trop longtemps, par ce que ça va être bientôt Noël !

Mr le Maire : Non, non, pas du tout, moi je peux vous dire que la douane, je les ai eu au téléphone et la douane ne va pas venir seule. Elle va venir avec l’URSAFF et les impôts. C’est parce que je n’avais pas contacté les impôts. Ils m’ont demandé de contacter les impôts et certaines personnes devront effectivement s’expliquer par rapport à tout cela.

Mr Dubuisson : Ya pas de souci.

Mr le Maire : Maintenant le procureur a été saisi, je ne vais pas vous le cacher. La situation de votre bilan, je l’avais évoquée avec Monsieur le Sous-Préfet qui était venu en mairie. Monsieur le sous-préfet était très clair. «Monsieur le Maire, vous prenez un couvercle et vous le posez dessus» d’accord ? Donc moi Monsieur Dubuisson, je suis maire de la commune,  je ne vais pas devenir complice de vos faits. D’accord ? Voilà les choses sont dites. Pour moi, il était hors de question que je continue avec une association dont les dirigeants avaient décidé d’en faire et de gérer l’association comme ils le voulaient, on est bien d’accord ? Je vous ai demandé, au vu des éléments que j’avais en ma possession, au vu de l’expertise comptable, je vous avais demandé de démissionner en décembre, vous m’avez envoyé une lettre recommandée pour me déclarer que l’ensemble de votre nouveau bureau refusait que vous démissionniez.

Mr Dubuisson : Tout à fait.

Mr le Maire : Dès lors, écoutez, quelle était la solution pour moi ? Et bien on arrête tout Monsieur Dubuisson.

Mr Dubuisson : Tout à fait.

Mr le Maire : Donc après, il faut arrêter de dire que le maire est responsable. Moi, il est hors de question que je devienne complice de vos faits et gestes. Maintenant ceux qui veulent vous soutenir, ils vous soutiennent, mais moi, c’est hors de question que je vous soutienne !

Mr Dubuisson : Ne vous inquiétez pas ………………………………………………………………….

Mr le Maire : Moi j’en ai terminé, Monsieur Maniez, vous voulez rajouter quelque chose par rapport à ce que j’ai dis ?

Mr Maniez : Oh non, oh non ……………………………………………………………………………………….

Mr le Maire : Ouais, c’est vrai que pour vous, vous qui êtes quand même très près, vous êtes très tatillon sur le moindre euro dépensé, je suis quand même étonné…

Mr Maniez : J’ai bien dit qu’il y avait des erreurs mais il y a des lignes qui n’apparaissent pas, moi je les connais, par ce que je suis arbitre de foot, dans un club, vous calculez le nombre d’arbitres dans une saison sur les matchs aller, les matchs de coupe, on offre une boisson aux arbitres et effectivement, moi j’ai vu ça, ces lignes-là n’apparaissent pas et ça peut  représenter beaucoup…

Mr le Maire : Oui certes mais sur la recette de la buvette, on ne peut pas déclarer que c’est une erreur Monsieur Maniez ?

Mr Maniez : Ah non, ça …………………………………………………………………………………….

Mr le Maire : On est bien d’accord ? Très bien. On est bien d’accord.

Mr Maniez ……………………………………………………………………………………………..

Mr le Maire : Donc, on est bien d’accord, vous reconnaissez que ce n’est pas une erreur de gestion, merci.

 

Version PDF imprimable :

Retranscription question 2 conseil municipal 28 juin 2018 – as cauchy

Communiqué de l’assurance Maladie Artois

Affiche ACS_01

L’Aide Complémentaire Santé pour une meilleure prise en charge des dépenses de santé

 

L’Aide Complémentaire Santé apporte une aide financière aux personnes en difficultés financières. Elle permet de couvrir une partie de la cotisation annuelle à une complémentaire santé (ou mutuelle) et de réduire les dépenses de santé restantes.

 

L’ACS, une aide pour le budget santé :

  • Avec l’ACS, la cotisation annuelle pour une complémentaire santé est en partie prise en charge.
    Pour cela, l’assuré doit remettre son chèque ACS à un des organismes complémentaires sélectionnés par le ministère de la Santé. Chaque membre de la famille de plus de 16 ans dispose de son chèque et peut choisir son organisme complémentaire.
  • L’assuré bénéficie de tarifs sans dépassement quel que soit le médecin ou le dentiste qu’il choisit.
  • L’assuré ne fait pas l’avance des frais sur les honoraires pris en charge par l’Assurance Maladie et sur la part complémentaire s’il a choisi un contrat de complémentaire santé sélectionné au titre de l’ACS. L’Assurance Maladie lui envoie son attestation de tiers payant intégral valable chez l’ensemble des professionnels de santé.
  • La participation forfaitaire de 1 € et les franchises ne sont plus à payer sur les consultations ni les franchises médicales.

 

A noter

L’ACS est accordée pour un an et son renouvellement n’est pas automatique. Deux mois au plus tard avant la fin des droits, l’assuré doit reprendre contact avec la CPAM ou télécharger le dossier sur ameli.fr pour faire une nouvelle demande.

 

Comment faire valoir ses droits ?
Pour vérifier l’éligibilité de l’assuré à l’ACS, rendez-vous sur le simulateur en ligne disponible sur le site ameli.fr.
Ensuite, il suffit de télécharger un dossier de demande, de le remplir et de le renvoyer, ou de le déposer directement à la CPAM de l’Artois ou par courrier au 11 boulevard Allende, CS 90014, 62014 Arras cedex.

Pour tout savoir sur les conditions et les démarches concernant l’ACS :
un numéro de téléphone, le 36 46

 

Offre de spectacle gratuit du Conseil départemental pour nos aînés le 15 oct APM à Lillers

   Les aînés de notre commune sont invités au spectacle de la semaine bleue offert par le Conseil départemental, le lundi 15 octobre 2018, au Palace rue d’Aire à Lillers, à partir de 13H45.

   Inscriptions au 03 21 54 72 78 .

   Il s’agit d’un concert multi instruments interactif de chansons françaises.

   Un goûter sera offert par la commune à l’entracte et chaque participant repartira avec un petit cadeau du Département.

Flyer SB Lillers 15 10 18

Alzheimer : La première halte-répit du Bruaysis va ouvrir ses portes

La première Halte-répit du Bruaysis
ouvre le 20 septembre à Calonne-Ricouart

 

La première halte-répit du Bruaysis va ouvrir ses portes le 20 septembre à Calonne-Ricouart.   

Ce lieu de soutien, d’écoute et d’échanges via des temps d’activité et de convivialité est destiné aux personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées et leurs proches aidants. Il a pour objectifs de :
– permettre aux aidants ayant un proche atteint de la maladie Alzheimer ou maladie apparentée de prendre du temps pour eux
– maintenir le lien social pour les personnes malades et leurs aidants
– rompre la solitude de l’aidant
– informer et orienter les familles vers les dispositifs existants.

Fonctionnement :
La halte-répit du Bruaysis fonctionnera le jeudi après-midi de 14h30 à 17h à Julien Lechon, rue de Frévent à Calonne-Ricouart. Des temps de détente et d’animations seront proposés, encadrés par une équipe de bénévoles formés, une animatrice et un infirmier. Seront proposés des ateliers-cuisine, jeux, activités manuelles… Le contenu de ces temps conviviaux sera élaboré en tenant compte des besoins exprimés par les familles.

– Soutien et accompagnement :
Une psychologue sera disponible pour des entretiens individuels et apporter un soutien psychologique aux aidants. L’équipe sera à même d’informer et orienter les familles vers les dispositifs existants sur le territoire du Bruaysis : association France Alzheimer Pas-de-Calais, les accueils de jour, les accueils temporaires, les familles d’accueil, les EHPAD.

– Participation financière :
Une participation est demandée à hauteur de 2 €. L’adhésion à France Alzheimer (34 €/an) permet de bénéficier de l’ensemble des services proposés par France Alzheimer, y compris l’accueil en halte-répit.

– Contact :
Ligne directe halte-répit : 07 77 84 49 75

halterepitdubruaysis@outlook.fr

www.francealzheime.org/pasdecalais/

Affiche Halte-répit_01

Dépliant Halte-répit Alzheimer  [PDF imprimable]

Une expo du Relais Assitants Maternels à découvrir

SIV’MÔMES ART : une expo du Relais Assitants Maternels à découvrir dans les communes du Bruaysis

SIV’MÔMES ART, inaugurée vendredi 7 septembre à la Maison des Services de Bruay-La-Buissière, est le fruit d’une belle aventure collective initiée par le Relais Assistants Maternels du Bruaysis. Cette exposition valorise le génie créatif des tout-petits et l’engagement des assistants maternels du Bruaysis.

Durant un an, en ateliers créatifs dans les communes, les petits ont été invités à explorer librement avec leur sens, laisser s’exprimer leur imagination et leur créativité, libérer leurs émotions, expérimenter… Des collages façon Matisse, du dripping façon Jackson Pollock,  de la peinture au pied ou à billes… Les techniques employées ont été novatrices, loin des pinceaux et crayons ! Et plusieurs assistantes maternelles ont mis la main pour valoriser les œuvres et monter l’exposition.

 

SIV’MOMES ART va prendre la route du Bruaysis…

Après ses premiers pas à la Maison des services de Bruay-La-Buissière, SIV’MÔMES ART va être exposée dans plusieurs communes du Bruaysis.

– Bruay-La-Buissière : du 8 au 26 septembre dans le hall de la Maison des Services
– Cauchy-à-la-Tour : les 15 et 16 septembre à l’occasion de l’inauguration du Jardin partagé, rue de la Vallée
– Caucourt : du 1er au 15 octobre à la mairie
– Calonne-Ricouart : du 15 octobre au 5 novembre (lieu à confirmer)
– La Comté : du 5 au 19 novembre dans le hall de la mairie
– Beugin : du 19 novembre au 3 décembre à la mairie
– Diéval : du 3 au 17 décembre à la mairie

Les dates 2019 seront communiquées ultérieurement.